Tout savoir sur la contre-proposition

Contre-proposition

Fixer le budget, démarrer ses recherches, faire des visites, une contre-visite, et enfin une offre d’achat… Offre d’achat ? Vous y voilà.

Sûr d’avoir trouvé le bien de vos rêves, vous avez formulé, par oral ou par écrit, une offre d’achat au vendeur. Malheureusement pour vous, celle-ci ne lui convient pas, il vous fait une contre-proposition… Ascenseur émotionnel immédiat. Pas de panique ! Sachez qu’un prix est toujours négociable.

Des signes avant-coureurs

Pour vous aider, nous avons répertorié quelques signes avant-coureurs qui vous montrent que le bien que vous convoité est négociable :

  • Il est surcoté

Renseignez-vous sur le marché immobilier local, comparez les prix (y compris au mètre carré), et n’hésitez pas à imprimer vos résultats pour les soumettre au vendeur ! Cela ne fera qu’appuyer vos dires.

  • Il est mis en vente depuis plus de 3 mois

On ne le répètera jamais assez… Un bien mis en vente depuis plus de 3 mois sera plus facilement négociable qu’un bien récemment soumis sur le marché.

  • Il comporte des défauts

Listez-les ! Appartement en rez-de-chaussée ou en étage élevé sans ascenseur, mauvaise exposition, peu pratique, bruyant, qui nécessite d’importants travaux… Autant de points à vérifier qui peuvent s’avérer négatifs et jouer en votre faveur quant à la baisse du prix !

Négocier oui ! Mais de combien ?

C’est à vous de l’estimer ! En effet, le montant d’une négociation dépend des caractéristiques du bien que vous convoitez et de la conjoncture du marché immobilier, dans votre région, au moment de votre achat.

Dans tous les cas, n’oubliez pas qu’une négociation ne peut se faire que si les deux parties se placent dans un registre constructif dans lequel des compromis seront faits de part et d’autre afin d’aboutir à un accord.

Pour une négociation réussie

Pour aboutir à une négociation réussie (c’est-à-dire qui satisfasse les deux parties), vous devez maîtriser les quatre piliers suivants :

  • La préparation : préparez une alternative en cas de blocage et imprimez les documents qui confirment vos arguments.
  • La fixation d’un objectif : définissez votre stratégie pour ensuite déterminer le meilleur moyen d’atteindre votre objectif.
  • Se mettre à la place de son interlocuteur : laissez-le parler pour comprendre son mode de fonctionnement, ses attentes, ou encore ce qui l’a motivé à vendre son bien.
  • Le sourire : rien de tel qu’un beau sourire pour négocier dans l’agréable et la sympathie !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.